blogue

12avril
2012

La folie des codes QR

Publié par : Pierre-Luc Gilbert
Peut-être en avez-vous déjà aperçu un sur une publicité ou directement sur l’emballage d’un produit? Chose certaine, les codes QR (QR Codes en anglais) gagnent en popularité.

Malheureusement, qui dit popularité dit aussi abus. Il m’est arrivé de voir, de plus en plus souvent je dois l’admettre, des codes QR utilisés à toutes les sauces, bien souvent inutilement, de manières maladroites et intégrés un peu n’importe comment aux designs des produits ou aux supports sur lesquels ils apparaissent.

Des fois ridiculement petits. D’autres fois trop gros par rapport à la place du message principal. Les Code QR ont tout de même leur place, mais il faut en faire bon usage!

Utiliser un code QR qui pointe vers un site qui n’a pas de version mobile constitue un abus selon moi, dans la mesure où la totalité des gens qui vont lire ces codes le feront avec un téléphone intelligent. Certes, il est évidemment possible de naviguer sur un site Internet standard à l’aide d’un iPhone, un Blackberry ou un Android, mais cela demande quand même beaucoup de patience. Il faut faire défiler la fenêtre du navigateur dans tous les sens et la redimensionner afin de rendre le texte lisible.

 Exemple d'un code QR



Mais qu’est-ce qu’un code QR?


Tout d’abord, il faut savoir que les codes QR ont été développés par la compagnie nippone Denso-Wave, en 1994, pour gérer le suivi des pièces automobiles dans les usines de Toyota.

Le code QR est une image carrée générée par une application spécialisée. Celle-ci est composée de petits carrés d’une seule couleur, juxtaposés afin de créer un code lisible par une autre application qui décodera le tout en informations.

Les codes QR peuvent stocker jusqu’à 7 089 caractères numériques, 4 296 caractères alphanumériques, contrairement aux codes à barres classiques qui ne peuvent en contenir qu’un maximum de treize.



Que peuvent contenir les codes QR?


Ces codes peuvent être utilisés d’une multitude de façons (à conditions, bien sûr, que ce soit vraiment justifié). Ils peuvent contenir du texte, un événement à ajouter au calendrier, les informations d’une vCard (ou meCard), une adresse courriel, des coordonnées de géolocalisation, un numéro de téléphone, un message SMS, un URL, les informations d’accès à un réseau wifi ou un texte à envoyer sur Twitter, par exemple. Il y a beaucoup de possibilités.


Quelles applications choisir?

Les générateurs de codes (Mac Os X) :
Il existe beaucoup de logiciels permettant de générer des codes QR. Mes critères de sélection sont les suivants : versatilité, prix, efficacité.
Les lecteurs de codes (iPhone) :
La meilleure application que j’ai trouvé est celle-ci. Elle fonctionne très bien. Facile d'utilisation.

Quelle est la meilleure façon d’adapter le code QR au design d’une publication?


Il faut, en premier lieu, se soucier de l’esthétisme, de l’aspect général et final de la composition de notre image. Pour cela, il faut mettre de côté le noir et blanc standard pour faire place à une des couleurs présentes dans le design qu’on a préalablement élaboré.

Pour que le code se lise efficacement, il faut utiliser une couleur foncée de préférence, de manière à créer un contraste suffisant. Il est même possible de créer un code QR en renversé (couleur de fond foncée et les petits carrés en plus pâle)!

Afin d’adapter le code QR au contexte, il faut aussi se soucier de sa dimension.

Exemple d'une mauvaise intégration du code QR
(pas de version mobile du site web et mauvaise couleur)




Quelle est la dimension idéale d’un code QR?


La grosseur du code QR doit toujours être déterminée d’abord par sa capacité à être lu. C’est à dire qu’il faut faire en sorte que le code soit lisible facilement parce qu’il s’agit de sa principale utilité. Vient ensuite l’aspect non-négligeable de l’esthétisme.

Certains codes QR seront lisibles facilement même si ceux-ci ne mesurent qu’un centimètre! D’autres ne le seront qu’à partir de deux centimètres et demi. Tout dépend de ce qu’ils contiennent car, en effet, plus le code contient d’informations, plus les petits carrés seront petits et plus il sera difficile à lire lorsque le code affiché (ou imprimé) sera de petite dimension.

Donc, pour répondre concrètement à la question, je dirais que la dimension idéale d’un code QR est la grandeur minimale à partir de laquelle il est lisible facilement. Le mieux est de le tester soi-même. Il faut aussi se soucier du contexte et l’adapter en conséquence.
Le site suivant offre de judicieux conseils sur la question (en anglais) http://goo.gl/n8gaV .

Le code QR est une excellente invention, il faut simplement l’utiliser judicieusement et avec modération.


Exemple d'une bonne intégration du code QR (couleur et dimensions).




Retourner au blogue

Mots clés: graphisme, code QR, dimensions, utilisation, design, composition